RETOUR       Contre-indications médicales pour plonger ?   
 

Pour pratiquer la plongée en bouteille, il faut un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la plongée, datant de moins d'un an. Il ne s'agit pas d'un certificat d'aptitude pour le cadre du loisir. Pour débuter, ce certificat peut être réalisé par votre médecin traitant généraliste, si vous passez des brevets techniques (à partir du niveau 2 de plongeur) ou pour des activités de compétition vous devrez consulter un médecin plus spécialisé ou un médecin fédéral. Plus de renseignements sur le site de la Commission Médicale et de Prévention.

                                                                                 CONTRE-INDICATIONS à la PLONGEE en SCAPHANDRE AUTONOME   ( liste juin 2008)

Cette liste  est indicative et non limitative. Les  problèmes doivent être abordés au cas par cas, éventuellement avec un bilan auprès d'un spécialiste, la décision tenant compte du niveau technique (débutant, plongeur confirmé ou encadrant).

En cas de litige, la décision finale doit être soumise à la Commission Médicale Régionale, puis en appel, à la  Commission Médicale Nationale.

 

 

Contre indications définitives

Contre indications temporaires

Cardiologie

Cardiopathie congénitale  

Insuffisance cardiaque symptomatique

Cardiomyopathie obstructive

Pathologie avec risque de syncope

Tachycardie paroxystique

BAV II ou complet non appareillés

 

Hypertension artérielle non contrôlée

Coronaropathies : à évaluer(*)

Péricardite

Traitement par anti-arythmique

Traitement par bêta-bloquants par voie générale ou locale: à évaluer(*)

 Shunt D G découvert après accident de décompression à symptomatologie cérébrale  ou cochléo-vestibulaire : à évaluer (*)

Oto-rhino-laryngologie

Cophose unilatérale

Évidement pétromastoïdien

Ossiculoplastie

Trachéostomie

Laryngocèle

Déficit audio. bilatéral à évaluer par audiométrie

Otospongiose opérée

Fracture du rocher

Destruction labyrinthique uni ou bilatérale

Fistule péri-lymphatique

Déficit vestibulaire non compensé

Chirurgie otologique

Épisode infectieux

Polypose nasosinusienne

Difficultés tubo-tympaniques pouvant engendrer un vertige alterno-barique

Crise vertigineuse ou au décours immédiat d’une crise

Tout vertige non étiqueté

Déficit vestibulaire sup. ou égal à 50% (6 mois)

Perforation tympanique(et aérateurs trans-tympaniques)

Barotraumatismes de l’oreille interne

ADD labyrinthique + shunt D-G : à évaluer(*)

Pneumologie

Insuffisance respiratoire

Pneumopathie fibrosante

Vascularite pulmonaire

Asthme : à évaluer (*)

Pneumothorax spontané ou maladie bulleuse, même opéré

Chirurgie pulmonaire

 

Pathologie infectieuse

Pleurésie

 

 

Traumatisme thoracique

Ophtalmologie

Pathologie vasculaire de la rétine, de la choroïde, ou de la papille,non stabilisées, susceptibles de saigner

Kératocône au delà du stade 2

Prothèses oculaires ou implants creux

Pour les N3, N4 , et encadrants : vision binoculaire<5/10 ou si un œil<1/10,l’autre <6/10

Affections aigues du globe ou de ses annexes jusqu’à guérison

Photokératectomie réfractive et LASIK : 1 mois

Phacoémulsification-trabéculectomie et chirurgie vitro-rétinienne : 2 mois

Greffe de cornée : 8 mois

Traitement par béta bloquants par voie locale : à évaluer(*)

Neurologie

Épilepsie

Syndrome déficitaire sévère

Pertes de connaissance itératives

Effraction méningée neurochirurgicale, ORL ou traumatique

Traumatisme crânien grave à évaluer

Psychiatrie

Affection psychiatrique sévère

Incapacité motrice cérébrale

Éthylisme chronique

Traitement antidépresseur, anxiolytique, par neuroleptique ou hypnogène

Alcoolisation aiguë

Hématologie

Thrombopénie périphérique, thrombopathies congénitales.

Phlébites à répétition, troubles de la crase sanguine découverts lors du bilan d’une phlébite.

Hémophiles : à évaluer (*)

 

Phlébite  non explorée

Gynécologie

 

Grossesse

Métabolisme

Diabète traité par insuline : à évaluer (*)

Diabète traité par antidiabétiques oraux (hormis biguanides)

Tétanie / Spasmophilie

Troubles métaboliques ou endocriniens sévères

Dermatologie

Différentes affections peuvent entraîner des contre-indications temporaires ou définitives

selon leur intensité ou leur retentissement pulmonaire, neurologique ou vasculaire

Gastro-Entérologie

Manchon anti-reflux

Hernie hiatale ou reflux gastro-œsophagien à évaluer

Toute prise de médicament ou de substance susceptible de modifier le comportement peut être une cause de contre-indication

La survenue d'une maladie de cette liste nécessite un nouvel examen

Toutes les pathologies affectées d’un (*) doivent faire l’objet d’une évaluation, et le certificat médical de non contre indication ne peut être délivré que par un médecin fédéral

La reprise de la plongée après un accident de désaturation, une surpression pulmonaire, un passage en caisson hyperbare ou autre accident de plongée sévère, nécessitera l'avis d'un Médecin Fédéral ou d’un médecin spécialisé selon le règlement intérieure de la C.M.P.N.

 

 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question