RETOUR       Conduite à tenir face à un accident de plongée ?   
 

Conduite à tenir face à un accident de plongée 

Recommandations

— La définition de la gravité d’un accident de la plongée sous-marine autonome de loisir ne peut se faire qu’après avis spécialisé.
— Les accidents de décompression comme les barotraumatismes pulmonaires sont des urgences médicales vraies qui doivent toujours bénéficier d’un délai de prise en charge thérapeutique spécialisée le plus court possible et être orientées d’emblée du site de l’accident vers le service spécialisé receveur le plus proche défini comme étant l’ensemble chambre hyperbare et équipe médicale et paramédicale entraînée. Il ne faut pas pratiquer de recompression thérapeutique initiale par réimmersion.

Secourir

• Administrer de l’oxygène

— En respiration spontanée via un masque facial avec réservoir alimenté par un débit d’au moins 15 litres d’O2/mn pour l’adulte de manière à maintenir un pourcentage d’O2 dans l’air inspiré le plus proche possible de 100% pendant toute la durée de l’inspiration.
— En cas de détresse respiratoire ou circulatoire, de coma, l’administration d’oxygène doit se faire avec l’assistance d’un système insufflateur.
— L’administration d’O2 à 100% doit être poursuivie jusqu’à la prise en charge spécialisée.

• L’accidenté doit être encouragé à boire sauf dans trois circonstances

— Accidenté peu coopératif, voire inconscient, dont les réflexes oropharyngés sont compromis (risque d’inhalation pulmonaire),
— Nausées et/ou vomissements,
— Suspicion de lésion du tube digestif type ulcère estomac.
L’eau plate est le meilleur liquide à raison d’un litre en fractionnant les prises. A défaut, le liquide administré s’il peut contenir du sel ne doit pas contenir trop de sucre.

• Autres médicaments

— Proposer de l’aspirine (au maximum 500 mg) sauf dans les trois circonstances déjà évoquées précédemment et sous réserve qu’il ne présente pas d’allergie à ce médicament. L’application de cette recommandation reste du domaine optionnel et concerne tous les accidents de décompression ainsi que les accidents par barotraumatisme pulmonaire s’accompagnant de signes neurologiques.
Cette dose concerne aussi bien l’adulte que l’enfant de plus de 10 ans ; pour un enfant de 8 à 10 ans, la posologie sera réduite à 250 mg maximum.
— Aucun autre médicament ne peut être recommandé.

                                                      Alerter

En mer par l’intermédiaire d’un message à l’intention du CROSS par VHF canal 16, ou VHF/ASN canal 70.
A terre par téléphone en composant le 112 (le 1616 a été remplacé), ce numero dorénavant  est prioritairement destiné aux témoins à terre d’évènements de mer, il n’a pas vocation à remplacer la VHF, qui reste le moyen privilégié de transmission des alertes et de liaison lors des opérations de secours en mer.

Recueillir les informations

— Sur les lieux de l’accident : ce sont celles figurant sur la fiche d’évacuation  (téléchargez) qui doit accompagner l’accidenté jusqu’à la prise en charge en milieu spécialisé.

— Secondairement : faire parvenir à l’accidenté le “questionnaire étude accident” (téléchargez)

 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question