RETOUR       LE T29, TRAGIQUE DESTIN   
 

 

LE T29, TRAGIQUE DESTIN

Le 26 avril 1944, alors que la Royal Navy reprend progressivement possession de la Manche, un combat naval sans merci oppose le croiseur anglo-canadien Black Prince au torpilleur allemand T29. Il sera fatal au navire de la Kriegsmarine qui repose aujourd’hui par 57 mètres de fond au large de Ploumanach. Une plongée aussi riche en souvenirs émouvants qu’en rencontres avec une faune remarquable. Un reportage de Jean-Louis Maurette pour l’Expédition Scyllias.

 

 

 

 

Fin 1942 le vent de la défaite commence à souffler de manière inquiétante pour les armées de l’Axe qui viennent de perdre la bataille de l’Atlantique. À présent, les bateaux du roi Georges peuvent reprendre progressivement possession des lieux d’où ils avaient été momentanément évincés. L’année 1943 voit donc la Royal Navy se préoccuper à nouveau des zones maritimes qu’elle s’était vue obligée de délaisser au commencement du conflit. C’est le cas de la Manche, traditionnellement chasse gardée des navires de guerre de la « Blanche Albion ». La Kriegsmarine a perdu la plupart de ses gros bâtiments de surface et seules restent des unités côtières de moindre importance comprenant quelques torpilleurs et destroyers mais surtout une majorité de Speerbrecher, de dragueurs de mines et de chalutiers armés, unités destinées avant tout à la protection du littoral et des bases sous-marines. Cette flotte de navires hétéroclites, mais néanmoins vitale pour l’Allemagne, va faire l’objet de la plus grande attention de la part des Alliés qui possèdent maintenant une suprématie écrasante sur mer et dans les airs. Afin d’éliminer définitivement la présence de la Kriegsmarine du « Charnel » la Marine britannique se lance alors dans une série d’actions offensives allant du classique minage à l’attaque des navires allemands par des bâtiments de surface ou des sous-marins.

UN COMBAT SANS MERCI

Le 23 avril 1944 des avions anglais ont repéré à Saint-Malo trois torpilleurs de la classe Elbing. Il s’agit des T24, T27 et T29, appartenant à la 4e Flottille commandée par le Korvetten Kapitän Franz Kohlauf. Le commandement allié envoie alors le 25 avril la Force 26 en embuscade au nord des Sept Îles afin d’intercepter les bâtiments allemands au cas où ces derniers seraient tentés de rejoindre le port de Brest. La Force 26 est une redoutable formation anglo-canadienne constituée du croiseur HMS Black Prince, des destroyers HMS Ashanti, HMCS Athabaskan, Huron et Haïda. L’affaire paraît plutôt mal engagée quand le 26 avril, vers 1 h 30, détectée par des radars ennemis, l’escadre alliée essuie le tir d’une batterie côtière allemande. Les gros obus de 203 mm qui encadrent de près la Force 26 se dirigeant cap au sud l’obligent à faire mouvement vers le nord-est. Peu de temps après s’être éloigné de ce dangereux voisinage les rôles s’inversent et c’est au tour des bateaux de la Force 26 de capter des échos sur leurs écrans radars. Nul doute, il s’agit des trois torpilleurs classe Elbing qui naviguaient vers l’ouest, virent à 180° et repartent vers Saint-Malo. Le départ de la chasse est donné et à 2 h 30 l’artillerie du Black Prince se déchaîne. À une dizaine de milles de distance les salves d’obus de 5.25 pouces s’abattent en sifflant sur les T24, T27 et T29. Plusieurs impacts sont enregistrés mais d’importants problèmes techniques, auxquels s’ajoutent des torpilles lancées par les bâtiments allemands, obligent le Black Prince à rompre prématurément le combat. Malgré cette défection forcée, la bataille continue dans l’obscurité qu’illuminent par moments les éclatements des coups au but. Des deux côtés les canons tonnent sans répit, les torpilles giclent de leurs tubes à la recherche d’une proie. L’engagement est d’une extrême violence. À 3 h 27, atteint à plusieurs reprises par les pièces des Athabaskan et Haïda au niveau des chaudières et des machines, le T29 est la proie des flammes et stoppe. Les marins allemands résistent courageusement et, malgré le violent incendie qui embrase leur bateau, continuent de tirer. Mais immobilisé, le T29 est à l’agonie et les deux puissants destroyers canadiens foncent à la curée, ravageant avec leur artillerie le torpilleur transformé en un gigantesque brûlot. C’est l’hallali. Un des obus qui s’abattent sans discontinuer tue le Korvetten Kapitän Kohlauf. L’ordre d’évacuation est alors donné par un des rares officiers survivants, le Kapitänleutnant Bachmann, qui reste à bord pour saborder le bâtiment et disparaît à son tour dans l’infernal brasier. À 4 heures, soixante-treize rescapés hurlent un dernier Sieg-Heil en hommage au T29 qui coule pavillon haut devant Perros-Guirec dans un bouillonnement d’écume et de vapeur. Dans le carreau BF 2929 des cartes de la Kriegsmarine, seuls quelques débris encore fumant parsèment les flots et marquent la tombe du torpilleur qu’accompagnent dans la mort 137 hommes dont une grande partie de l’état-major de la 4e Flottille qui avait embarqué à son bord.

 

 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question