RETOUR       CHARLES BROWN, DIX BOUGIES POUR UNE ÉPAVE   
 

Charles Brown, dix bougies pour une épave

Le Charly Brown, un câblier de 100 m de long, a été volontairement immergé voici maintenant dix ans et constitue depuis un récif artificiel en bordure du parc national de Saint-Eustache, une île des Antilles néerlandaises située à quelques minutes de vol dans le sud-ouest de Saint-Martin. Site exceptionnel, l’épave accroche requins, carangues ou barracudas et fait le bonheur des plongeurs. À elle seule, elle mérite plusieurs immersions dans un cadre qui justifie largement le voyage. Un récit de Pierre Martin-Razi. Photos de l’auteur, sauf mention contraire.


Regroupée dans un coin de Princess Juliana airport, déjà écartée du monde, une demi-douzaine de passagers s’apprête à effectuer l’ultime saut de puce entre Saint-Martin et Saint-Eustache, deux îles des petites Antilles situées au nord de la Guadeloupe. L’esprit embrumé par un vol transatlantique de nuit pour certains, les derniers achats en tête effectués dans les boutiques de Philipsburg pour d’autres, tous attendent d’être appelés pour rejoindre un bimoteur à hélice Bombardier (la marque canadienne, pas la fonction !) de la compagnie Winair dans lequel les plus grands d’entre eux vont devoir entrer pliés. J’en fais partie, bienheureux voyageur de retour dans un pays qu’il aime…

Quelques sudokus plus tard, l’hôtesse arrive enfin, tout en sourire et chaloupante désinvolture tropicale… Le micro crachote et nous retrouvons la moiteur du dehors, l’odeur du kérosène et celle surchauffée du tarmac avec avions privés et yachts de luxe immobiles en arrière-plan. Dans le lointain, les nuages s’étirent et leurs rondeurs grises se piquent de reflets mauves. Une fin de journée entre deux, un début d’aventure…

Vue directe sur le cockpit et son équipage. Point fixe. La piste s’étire devant nous. Brouhouhouhou. Le commandant est un noir musculeux, chemisette bleue, Rayban, Rolex et bracelet en poils d’éléphant, la co-pi une blonde délicieuse, chemisette bleue elle aussi, teint frais, bijoux discrets et accent texan à couper à la tronçonneuse. Le casting est parfait. Le vol dure vingt minutes et à vue de nez nous sommes à 2 500 pieds, dans les explosions d’ors d’un coucher de soleil tropical. Cette triomphante éternité de lumière imprime aux visages des sourires de bonheur… Déjà, nous devinons Saint Barth et Saba, avant que l’appareil ne fasse son approche au-dessus des pétroliers stationnés dans la partie nord de Saint-Eustache, également appelée Statia, et dont les feux commencent à briller dans le crépuscule…

Saint-Eustache est — comment l’écrire ? — une île… discrète. Sa beauté n’est pas immédiate, il faut lui donner du temps pour qu’elle se révèle. En débarquant, nulle claque comme, par exemple, quand se dévoile la baie de Cook au détour de Piha’ena ou, plus proche de là, la primitive beauté de la Dominique ou de Sainte-Lucie. Non. Statia possède cette séduction aimable et sereine appréciée vraiment qu’en la connaissant mieux. C’est peut-être là que réside tout son charme : il faut s’y laisser prendre !

Nous évoquions la plongée autour de l’île hollandaise dans Subaqua n° 233 de novembre 2010, une plongée claire, chaude, riche, multiple et facile. Nous ne changeons pas un mot sinon que peut-être, nous étions un peu en deçà de la vérité : c’est encore mieux la deuxième fois ! Alors qu’ailleurs les plongeurs sont souvent considérés comme la cinquième roue du carrosse, les dirigeants de Saint-Eustache ont très vite mesuré la richesse des fonds sous-marins de l’île et entrevu tout l’intérêt qu’il y avait à les préserver et en faire un pôle d’attraction. Ainsi, depuis 1998, Statia propose à ses visiteurs un parc maritime (doublé d’une partie terrestre) d’une grande diversité, le Stenapa, où il fait bon tremper ses palmes. La mise en place et l’entretien des bouées est couvert par une contribution financière de 6 $ versée par chaque plongeur (ou 30 $ pour un forfait annuel). Cette modeste somme contribue à la bonne santé des récifs dont la préservation constitue à la fois un ravissement et un modèle. De plus, la capacité d’accueil sur l’île étant ce qu’elle est, c’est-à-dire modeste (on parle de 80 lits pour l’ensemble des touristes…), le nombre de plongeurs se trouve de fait limité et l’on a plus de chance, sous l’eau, de rencontrer carangues et requins que ses congénères… La politique d’immersion d’épaves, avant que le législateur ne mette un peu de sable dans les rouages, ajoute encore à l’intérêt de l’endroit.

 

Nous verrons que c’est là la raison de notre visite !

 

 

 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question