RETOUR       TROIS FACETTES ÉGYPTIENNES   
 

Trois facettes égyptiennes

Pendant des décennies et malgré quelques aléas, l’Égypte a longtemps caracolé en tête des destinations pour les plongeurs français. Ils s’y rendaient chaque année par milliers. Il faut dire que l’endroit a de quoi séduire les plus difficiles : possibilité de séjours balnéaires, croisières sur des bateaux au luxe grandissant, une eau toujours claire, presque toujours chaude, des épaves mythiques, du corail magnifique et des poissons qui ne le sont pas moins. Sans compter les rencontres de plus en plus fréquentes avec les dauphins et le tout à cinq heures de vol de Paris sans décalage horaire ou presque. Pourquoi se priver ? Pourtant, depuis les soubresauts de la révolution arabe, l’Égypte n’a plus la côte. Nous pouvons pourtant affirmer que la côte de la mer Rouge est d’une tranquillité incroyable et qu’il ne nous a pas semblé y avoir plus d’agitation que naguère et que les touristes y sont toujours reçus avec le même sourire. Cette injustice d’appréciation nous a conduits à vous présenter trois possibilités de découvrir ou de redécouvrir l’Égypte parfaitement adaptées à ce que l’on cherche à y trouver. Un dossier de Pierre Martin-Razi et Yvan Chocoloff. Photos sous-marines, Pierre Martin-Razi.

 

 

Soma Bay, la mer Rouge en décalage

À 45 km au sud d’Hurghada et une quinzaine de kilomètres de Safaga, Soma Bay abrite cinq hôtels haut de gamme parmi lesquels se niche un centre de plongée Orca, particulièrement bien équipé où l’on peut découvrir toutes les facettes de l’activité. De la formation en piscine à la découverte des tout derniers recycleurs… Une autre manière d’aborder la plongée. Par Pierre Martin-Razi. Photos de l’auteur.

Phoebe Cyr, la chargée de marketing de Soma Bay, ramène d’un geste vif ses cheveux auburn en arrière, avale une gorgée d’eau minérale, pianote sur son BlackBerry puis précise dans un sourire à damner tous les béatifiés de la création : ”You know Pierre, in Soma Bay, we are in the middle of nowhere… People like that”… Un temps. Mon verre de bière se couvre d’une couche de buée opalescente, des dizaines de bulles d’alacrité animent joyeusement le liquide ambré. Je peaufine ma réponse…

Le milieu de rien, Phoebe, vous plaisantez ? Moi, je ne trouve pas. Enfin, je ne voyais pas la chose ainsi… Pas vraiment. Le désert, ce n’est pas rien. J’en aime l’aride beauté et la possibilité d’infinie solitude. Lourde, palpable, riche. Pour tout dire : apaisante. Le désert arabique, c’est une mer minérale avec ses vagues de terre et de poussière, vous ne trouvez pas ? À côté de ça, loin des envolées lyriques, je ressens aussi une douloureuse impression d’irrémédiable gâchis pour cette région que j’ai aimée d’amour dès mon premier séjour, en février 1980. L’évolution du littoral égyptien autour d’Hurghada est un vaste non-sens, un développement de pacotille absurde, sans début ni fin, sans milieu ni frontière. Sans âme. Une sorte de farce née dans les années quatre-vingt, dont les hôtels de médiocre qualité seraient les cellules multipliées à l’infini d’une tumeur bâtie par des investisseurs inconséquents et pour des touristes aveugles… En vérité, Phoebe, vous avez peut-être raison, s’éloigner du bourbier comme vous le faites ici, à Soma Bay, ce n’est pas si mal… Alors, Soma Bay comme milieu de rien ? Centre de nulle part ? Ma foi, en y réfléchissant, pourquoi pas ? …

Alysés plongée, un coin de France à Hurghada

L’écriture des prochains hors-séries Subaqua consacrés au N1 et au N 2 et dont la sortie est prévue à l’automne, a nécessité des photographies d’illustrations spécifiques. Certaines d’entre elles ont été prises le long de nos côtes métropolitaines ou en Corse, d’autres l’ont été en fosse. Mais c’est en Égypte — parce qu’à l’automne l’eau y est claire, calme et chaude !  — que nous avons complété l’iconographie. Nous avons pour cela été accueillis en septembre dernier par la SCIA Alysés plongée d’Hurghada, un vrai coin de France en Égypte ! Par Pierre Martin-Razi. Photos de l’auteur.

Ne tournons pas autour du pot : nous avons un faible pour les Surina, les responsables de la structure commerciale internationale agréée Alysés plongée d’Hurghada. Ils ont le sens de l’accueil véritable, c’est-à-dire sans chichis comme savent le faire les gens sincères et gentils. Leurs clients deviennent souvent des amis, Alain et son fils Steven ont du sel dans les veines, enfin Sylvie gère tout ce petit monde avec la distance amusée de quelqu’un qui a connu bien pire. Sans doute son ancien métier d’infirmière spécialisée n’y est-il pas étranger… Et puis, Alain associe à son goût de la plongée, celui tout aussi prenant de la musique et de la guitare, une passion qu’il a transmise à Tristan, son second fils… Je signale en passant qu’on les retrouve tous deux avec l’orchestre Resurrection au Papa’s Bar de la nouvelle marina les jeudis soirs où l’on croise également le tout Hurghada quand il n’est pas en croisière… J’ai des noms ! Les bières se vendent au mètre et les standards de rock défilent jusqu’au mitan de la nuit. Forcément, on évite de plonger le lendemain matin ! …

Océanos, génération plaisir

La flotte des bateaux de croisière en mer Rouge se renouvelle peu à peu. Depuis l’automne 2012, un nouveau venu est à prendre en compte, il s’agit de l’Océanos avec son capitaine Ayman Gadala, qui est déjà bien connu de ce monde-là. L’Océanos est un véritable hôtel flottant, dont il a tous les avantages sans les inconvénients. Yvan Chocoloff nous le fait découvrir.

LOcéanos est un navire flambant neuf qui a été pensé jusqu’aux moindres détails. D’une longueur de 39 m et 9,20 m de large, il fait partie du fleuron des croisières haut de gamme de la mer Rouge. Il peut accueillir 28 passagers en cabines doubles. Celles-ci sont très bien équipées, lit spacieux avec un très bon matelas, douches et toilettes séparées, climatisation, on y trouve même un petit frigo. La salle de restauration de 54 m2 est agencée avec quatre tables rondes, le service se fait au buffet mais reste néanmoins de très haute qualité, il y a même un bar permanent. Sur le premier pont supérieur se trouve un grand bar avec des fauteuils et canapés où il fait bon de se prélasser après la plongée…


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question