RETOUR       LE POISSON À QUATRE CORNES DU GOLFE DE BOTNIE   
 

 

 

Le poisson à quatre cornes du golfe de Botnie…

Où se trouve le golfe de Botnie ? En voilà une question, peut-être pas si facile, qui pourrait être posée à l’un de ces jeux qui sont proposés à la télé ou à la radio. Ce golfe est une portion de la mer Baltique qui se situe entre la Suède et la Finlande. Il faut le reconnaître, c’est une destination assez peu fréquentée par les plongeurs français. Enfilez vos mitaines : même au cœur de l’été, les eaux sont fraîches… Un récit de Vincent Maran.

 

Le golfe de Botnie s’étend sur près de 800  km dans une direction générale nord-est sud-ouest, avec pour plus grande largeur 200  km dans sa partie sud, là où ses eaux rejoignent celles de la partie centrale de la mer Baltique. Il s’arrête dans sa partie nord à une centaine de kilomètres sous le Cercle Polaire Arctique. N’en déplaise à ceux qui connaissaient les amitiés cynophiles d’un de nos anciens Présidents de la République, il ne fait pas systématiquement un temps de chien de ce côté de la Baltique*. En effet, le relief de Norvège, en bordure de la mer du même nom où se situent les îles Lofoten, provoque des précipitations qui délestent de leur eau les masses d’air océaniques et de ce fait, les rives orientales de la Suède connaissent en été une météo assez ensoleillée. Il est possible d’emprunter le chemin des écoliers, même durant des vacances scolaires, pour effectuer un trajet depuis le nord de la France jusqu’au nord de la Norvège en passant par l’est de la Suède, ce qui n’est pas a priori le chemin le plus court, mais il est varié et agréable.

 

Cabotage terrestre

Deux palanquées de plongeurs français ont donc choisi un itinéraire très libre et approximatif, au gré des envies du moment, aidées en cela par le fait qu’elles disposaient de véhicules leur offrant toutes facilités pour le couchage et la cuisine. Il est facile alors d’effectuer le long des côtes un cabotage qui pourrait rappeler celui qui est possible avec un bon voilier. À bord, se trouve tout le matériel de plongée, ainsi que les appareils de prises de vues sous-marines.

Ce lundi soir nous sommes chanceux : cherchant une halte pour la nuit, nous avons souhaité bien évidemment rejoindre un endroit offrant sur la mer toute proche un agréable panorama. Nous remarquons sur la carte un petit village qui semble avoir les caractéristiques souhaitées, et nous l’atteignons non sans quelques difficultés car notre navigateur nous met en garde : nous risquons de rencontrer des chaussées non revêtues. L’objectif est néanmoins facilement atteint, et immédiatement arrivés sur place, nous nous rendons à pied à proximité d’une des quelques constructions visibles de l’endroit où nous sommes garés. Il est en effet de bon ton d’aller à la rencontre des gens du lieu afin de se présenter et de demander si notre présence, même pour une courte durée, ne crée aucune gêne. Dans la très grande majorité des cas la réponse est positive, les endroits que nous choisissons ne subissent en général pas une trop grande pression touristique, et souvent même c’est une occasion intéressante d’échanges entre les deux parties.

Nous remarquons un bâtiment proche d’un petit quai sur lequel est amarré un navire d’aspect ancien. Il arbore à l’arrière un grand drapeau finlandais. Nous approchant, nous devinons immédiatement que la petite dizaine de personnes assises autour de deux tables en bois recouvertes de verres qui ne sont plus tous remplis sont des plongeurs. Non loin d’eux, des combinaisons étanches sont mises à sécher. Après un ”Tag” général - un ”Bonjour” bien compris de tous les Scandinaves - j’engage la conversation avec l’un de ceux qui me disent savoir parler anglais. En quelques mots j’explique qui nous sommes : des plongeurs français avec une tendance très orientée ”bio” et ”photo”.

Après quelques généralités sur les plongées locales, il me dit avoir vu aujourd’hui un étrange poisson avec quatre ”cornes” ! Dubitatif, je propose d’aller chercher pour consultation les quelques livres que j’ai emmenés avec moi. Je l’ai remarqué, que ce soit en Irlande, en Croatie ou ailleurs, un support bien illustré, livre ou plaquettes immergeables est souvent un excellent moyen de faciliter les échanges et de commencer à tisser une relation, même modeste, entre plongeurs curieux de leur environnement. Visiblement le poisson aperçu est du type chaboisseau mais ceux que nous connaissons, même s’ils disposent sur les côtés de la tête de belles épines, n’ont pas ”quatre cornes” sur le dessus de la tête…

 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question