RETOUR       CLIPPERTON L'ÎLOT PERDU DU PACIFIQUE   
 

Clipperton, l'îlot perdu Pacifique

Terre française perdue dans le Pacifique, l’îlot de Clipperton vaut tous les efforts faits pour l’atteindre : après trois jours de navigation, les plongées que l’on fait le long de ses tombants sont d’une richesse à couper le souffle !

Requins, carangues, mérous, raies… Les poissons évoluent dans un bleu d’une densité rarement rencontrée, un bleu parfois coupé par le passage d’une baleine accompagnée

 

de son baleineau. Un reportage d’Yves Herraud.

 

L’île de Clipperton, située par 10° de latitude nord à 1 300 km à l’ouest de la côte mexicaine, 900 km au sud de Socorro (archipel de Revilaggigedo) et 4 800 km à l’est de Pukapuka (Tuamotu) en Polynésie Française, fut découverte le vendredi de Pâques en avril 1711, d’où son autre nom, île de la Passion, par Martin de Chassairon et Michel du Bocage commandant respectivement les frégates françaises La Découverte et La Princesse. Selon d’autres sources, Clipperton aurait été découverte avant par Ferdinand Magellan naviguant pour le compte de la couronne espagnole. Le pirate John Clippington légua à cette île son patronyme de corsaire au service de la couronne d’Angleterre : Clipperton. Il y aurait enfoui un trésor… La convoitise des ressources phosphatées au cours du XIXe siècle entraîna la prise de possession française de cette terre par le lieutenant de vaisseau Le Coët de Kerveguen. Le dépôt par ses soins d’une copie de l’acte auprès du gouvernement des îles Hawaii en 1848 favorisa la France lors de l’arbitrage de la cour internationale. Victor-Emmanuel III attribua, en 1931, la souveraineté sur Clipperton à la France face au Mexique. Afin d’exploiter le guano riche en phosphate, les Mexicains manipulés par les Britanniques Lord Stanmore et John Arundel, occupèrent l’île à partir de 1905 avec une trentaine de personnes. Les troubles liés à la Révolution mexicaine firent d’eux ”les oubliés de Clipperton”. En juillet 1917, l’Uss Yorktown venu vérifier que les Allemands n’utilisaient pas Clipperton comme base pour leurs sous-marins, sauva trois femmes et huit enfants. C’étaient les seuls rescapés. Le scorbut, la folie et les deux années et demie passées sur l’île en autarcie complète eurent raison des plus faibles. Plusieurs expéditions scientifiques y furent menées par le commandant Jacques-Yves Cousteau en 1978 ou Jean-Louis Étienne en 2005.

J’ai découvert l’existence de Clipperton voici quelques années lors de la lecture du hors-série N° 1 de Subaqua sur la vie sous-marine et la description faite a aiguisé ma curiosité… En avril 2011 j’ai eu l’opportunité de m’y rendre. Voici mon récit de voyage, cap vers cette destination hors du commun ! 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question